Trouver le bon moyen de soulager le douleur





Je viens de découvrir depuis 7 jours ce qu’est une douleur liée à une double hernie discale lombaire.

J’ai 48 ans et travaille dans la santé…

A la lecture des différents témoignages ce qui me saute aux yeux c’est la grande solitude dans laquelle chacun se retrouve une fois confronté à ce problème. Je ne prétends pas détenir quelque vérité que ce soit mais il me semble qu’à chaque fois la difficulté est mal ciblée ! Il y a quelques fondamentaux qui doivent être respectés :

1. L’apparition de cette douleur infernale n’est pas concommitante de la hernie : la ou les hernies existaient bien avant depuis …10 ans parfois mais sans contact avec le nerf = pas de douleur, si la population subissait un scanner ou un IRM on en trouverait légion… Il convient donc de distinguer la douleur et la pathologie car elles appellent 2 stratégies thérapeutiques différentes dans le temps (même si l’aspect mécanique explique en partie la douleur)

2. La seule urgence chirurgicale est l’apparition des troubles moteurs (paralysie), la douleur, les troubles de la sensibilité (froid, chaud, picotements) ne constituent pas une indication chirurgicale encore moins en urgence :ça c’est dit INUTILE DONC d’exiger des examens en urgence (IRM, scanner) l’examen clinique de tout médecin généraliste pose le diagnostic ! L’examen sera à faire bien sur pour situer la localisation mais ce n’est pas la priorité…

3. Le problème à régler en 1 c’est la DOULEUR : IL FAUT contenir la douleur par un traitement spécifique (propre à chacun en fonction de sa sensibilité, de ses antécédants…) grâce à des essais de différentes molécules, doses, libértion prolongée ou non, associations…Inutile également de demander le traitement de la voisine, ce qui la soulage elle n’est pas forcément ce qui me convient le mieux.

4. Le choix du thérapeute : neurochirurgien, neurologue, rhumatologue,kiné, ostéopathes… tout y passe !! C. Bernard disait ; une conscience face à une confiance… inutile donc d’écumer l’annuaire, de trouver le NOM de celui qui a “guérit” untel…le médecin efficace sur le niveau 1 : contenir la douleur est celui qui nous connait bien et dans lequel nous avons confiance, celui que l’on peut rappeler parce que le traitement ne marche pas bien, ou génère d’autres problèmes, bref ce sera souvent notre médecin généraliste celui de proximité et cela tombe bien quand se déplacer est une épreuve à chaque fois terrible ! Une fois la douleur contenue, se pose la question de la guérison (avec ou sans séquelle).

Moi, j’ai perdu en quelques jours mon réflexe rotulien et je ne le récupèrerai pas… Tans pis !

La seule chose à surveiller est l’apparition de troubles moteurs (perte de la flexion du pied par exemple) qui nécessite une intervention immédiate.

La guérison c’est 3 à 6 semaines : j’insiste je ne parle pas de la douleur mais de la réintroduction du noyau dans le disque… Cette étape ne peut être envisagée qu’une fois la douleur contenue… La solution n’est pas chirurgicale, elle repose sur ce que l’on a méprisé pendant toutes ces années où s’est développée la hernie.

Car il faut être honnête : nous les connaissons :

  • Prise de poids (+ 10 kgs/10 ans) : NON ? Quel poids à 20 ans et quel poids aujourd’hui ? Donc…retrouver un poids conforme à l’IMC…
  • Respect des règles d’ergonomie : pliez les genoux pour se baisser et ne pas utiliser sa colonne comme un treuil… désormais nous n’avons plus d’autres choix.
  • Pratique régulière d’un sport (ce sont les abdominaux qui maintiennent la colonne lombaire en place pas la CEINTURE de contention qui soulage la douleur … encore une confusion dans les objectifs..)Vous n’avez pas comme moi un “petit bedon” que j’essaye de cacher sous des vêtements un peu large ? C’est à dire des abdominaux tout laches…
  • Une des façons de reprendre une activité physique adaptée après une telle épreuve douloureuse c’est de débuter avec un kinésithérapeute souvent prescrit pour débuter une rééducation. Qu’il soit ostéopathe ou non n’a aucune importance, l’importance c’est qu’il soit diplomé donc compétent ! et que vous soyez en confiance avec ce professionnel de santé. Il ne faut pas hésiter à en changer si “le courant” ne passe pas… Mais ne pas attendre de lui qu’il soulage notre douleur ce n’est pas son JOB ni qu’il nous guérisse : ce n’est pas non plus son JOB.
  • Enfin, l’aspect consumériste… la douleur est un puissant levier affectif qui conduit certains à ACHETER ce qu’il y à “DE MIEUX” pour en fait ne plus souffir… C’est connu des commerciaux qui utilisent cet aspect pour vendre ce qu’il y a de plus cher… que de déceptions ensuite ! Faut il changer la literie pour un matelas haut de gamme à “mémoire de forme” (HI HI HI) Pourquoi pas ? Mais cela ne règlera pas la douleur (encore une fois…) ni ne réalisera la guérison ! La réponse nous la connaissons : une literie se change tous les 10 ans … elle se choisit en fonction de son poids, de sa position, de sa morphologie… Et il faut changer le sommier en même temps que le matelas…

N’auriez vous pas comme moi laissé passer la Date limite… ce qui sans doute à favorisé l’apparition du problème… Favoriser n’est pas générer… donc pas de faux espoirs un lit XXXL n’est pas une garantie de non récidive ! J’ai lu également un débat fort interressant sur les sièges ergonomiques (très très chers…) : Mêmes commentaires !!! Le prix ne met pas à l’abri de la douleur ….

Ce que j’observe dans les centres de rééducation se sont des tabourets assez hideux à 39 euros… mais réellement ergonomiques (pieds/genoux) utilisés par les professionnels soucieux de leur dos ! Pas fun au bureau ni dans la salle à manger mais efficaces dans la posture. En finalité, ce sont des mesures hygiéno-diététiques dont on nous rabat les oreilles qui permettent de guérir la hernie : perte de poids, activité physique régulière, bonne hygiène de vie… En somme rien de bien neuf sauf qu’aujourd’hui, c’est décidé dès que je n’ai plus mal du tout… je m’y mets ! Parce qu’après tout, le non respect de ces règles simples (comme de s’arrêter toutes les 2 heures lorsque l’on conduit plutôt que de chercher la performance et d’enquiller 600 kms sans arrêt, ou de terminer un dossier à tout prix en restant une dizaine d’heures d’affilée devant son ordinateur…) signe plutôt que des capacités hors du commun…

 

une INCAPACITE A PRENDRE SOIN DE SOI…






  • Bonjour,Félicitations pour ce texte ! Je me reconnais parfois dans ce que vous dîtes souffrant moi-même du dos. Mais le tabouret hideux comme vous dîtes (à environ 39 €), je suis très sceptique mais apparemment vous dîtes que c’est efficace. J’en parlerai à mon médecin. Et oui vivre avec une douleur chronique c’est difficile mais seul le temps, un peu de gymnastique rééducative et une bonne hygiène de vie et tout devrait rentrer dans l’ordre. Et oui "une incapacité à prendre soin de soi", à se prendre en charge. je dirai même une incapacité à changer (ou à vouloir changer).Bon courage ! Ne perdez pas espoir ! battez-vous !

  • Anne

    Bonjour,C’est on ne peut plus vrai.Et cette impression de grande solitude..J’ai subi une opération au mois de juillet et suis à nouveau dans une phase douloureuse faite d’espoir, découragement, rage et lassitude.Cela m’a fait du bien de lire votre texte.
    Merci et bon courage à vous aussi