Arrêter de fumer définitivement: petit guide stratégique pour réussir à arrêter la cigarette.

Petit guide stratégique pour réussir à arrêter de fumer définitivement.

Vous êtes prêt(e) à arrêter de fumer ?





Quelle que soit la méthode que vous ayez choisie, il y a une chose essentielle à retenir: arrêter de fumer, c’est une question de volonté mais personne n’est à l’abri d’un faux pas.

Le problème avec la cigarette, c’est que dès qu’on en reprend une, c’est fini, il faut tout recommencer. Et donc, foutu pour foutu, on redevient fumeur jusqu’à la prochaine décision d’arrêter.

Rappelez-vous toujours les 2 choses suivantes:

1. Quand on arrête de fumer, l’envie d’une cigarette, ça passe très vite à partir du moment où on arrive à se distraire ou à se concentrer sur autre chose.

Faites le test tant que vous êtes encore fumeur: vous avez envie d’une cloppe ? Chassez-la, pensez à autre chose, faites quelque chose avec vos mains, et rendez-vous compte par vous même que vous pouvez facilement reporter votre envie de cigarette d’une heure ou deux.

2. Quand on arrête de fumer, le temps qui passe entre 2 envies de cigarette est de plus en plus long et il est de plus en plus facile de chasser l’envie de fumer en pensant à autre chose

C’est vraiment une histoire de 15 jours à rester concentré sur ces 2 concepts: si vous passez ce cap là et que vous vous sentez à l’aise, alors vous êtes vraiment en bonne voie pour réussir à cesser de fumer.

Pour gagner du temps et diminuer le nombre de tentatives (et le nombres d’échecs), une bonne tactique consiste à adopter une stratégie qui vous aidera à y arriver et de mettre sur papier les situations susceptibles de vous faire craquer afin de les prévoir et de les éviter.

Evitez les fumeurs invétérés et les endroits où on fume

Il y a sûrement dans votre entourage des fumeurs invétérés qu’il faudra soigneusement éviter.
Je n’ai absolument aucun problème avec les fumeurs (j’ai été gros fumeur moi-même pendant des années), mais les gens qui fument et qui dénigrent ceux qui essaient d’arrêter…il faut les zapper.

Bien souvent, ils sont justes jaloux de votre volonté et de votre capacité à pouvoir y arriver et de leur manque de volonté à eux.
C’est une situation temporaire, vous pourrez revoir tout le monde quand vous aurez arrêté définitivement.

Bougez!

Rien de plus pesant pour le moral que l’inactivité. Et c’est compliqué, voire impossible d’arrêter de fumer avec le moral dans les chaussettes.

Marchez, courez, partez, jardinez, bricolez, décorez, cultivez, lisez, peu importe mais ne restez pas sans rien faire. Soyez actifs, tout le temps: non seulement vous gardez le moral mais vous aurez plein d’occasions de chasser l’envie d’une cigarette en vous concentrant sur ce que vous êtes en train de faire.

Félicitez-vous – Mettez en valeur le côté positifs des choses

Tous les jours, à tous moments, rendez-vous compte de l’exploit que vous êtes entrain d’accomplir et des bénéfices que vous en retirez immédiatement.
Quand vous n’aurez plus touché une cigarette depuis 3 jours, félicitez-vous de ce pari que vous avez décidé de tenter et rendez-vous compte à quel point finalement, c’est facile par rapport à la montagne que vous vous en étiez fait.
Rendez-vous compte comme c’est génial de se réveiller quand on n’a pas fumé un paquet la veille, quand il n’y a plus de cendrier froid, quand ni la maison, ni les vêtements ne sentent la cloppe.
Rendez-vous compte tous les jours de l’attitude des gens envers vous: vous ne sentez plus le tabac froid (vous ne le sentiez pas avant, mais les autres oui: ils sont juste polis).
Ca va être à votre tour maintenant, de vous tenir discrètement à distance des gens qui puent la cloppent.

Et rendez-vous compte, à tout moment de ce que vous perdez en arrêtant de fumer: rien! nada! nothing!

Rappelez-vous de vos motivations à arrêter de fumer

Faites une liste et tapissez les murs de la cuisine ou le frigo ou n’importe quel autre endroit où vous êtes souvent, des raisons qui vous ont motivé à cesser de fumer.
N’hésitez pas à y ajouter une photo de vos enfants ou des personnes que vous aimez, ou d’un évènement au cours duquel vous auriez pris la décision d’arrêter.

Privilégiez les endroits “non-fumeur”

Heureusement ceux-ci sont de plus en plus nombreux.
Mais on est pas à l’abri d’une rechute et ce serait dommage de craquer à cause d’un contre-temps.
Allez vous réfugier dans un cinéma ou invitez un ami au resto pour laisser passer l’orage.
Vous avez vraiment envie de fumer ?
Ca va passer je vous dis!

Gare à l’alcool & à la caféine

Voici deux substances qui s’entendent comme larrons en foire avec la cigarette. Limitez la consommation de café à un ou deux par jour.
L’alcool est probablement votre pire ennemi: en plus d’inciter à allumer cigarette sur cigarette, l’alcool est un briseur de volonté qui n’a pas son pareil pour mener à l’échec toute tentative de sevrage tabagique.
Ne vous inquiétez pas, vous pourrez vite vous remettre à table et boire autant de vin que vous voudrez quand vous aurez arrêté, mais d’ici-là, évitez absolument la moindre goutte d’alcool.

Gare au stress & à la mauvaise humeur

Il est important de garder à l’esprit qu’en période de sevrage tabagique l’envie de fumer, ça peut revenir sans crier gare: c’est ancré en nous lorsqu’on est fumeur: à la moindre contrariété, on allume une cloppe (comme si ça allait régler le problème).
Soyez vigilant, prévoyez ces situations: au boulot, en famille, les enfants, … ce sont des situations auxquelles vous ne pourrez pas vous soustraire: choisissez un moment propice (la veille d’une semaine de congé par exemple) pour commencer à arrêter de fumer.

C’est votre secret

Arrêter de fumer
Inutile de vous mettre la pression an allant dire à tout le monde que vous avez décidé d’arrêter de fumer: gardez ça par vous tant que faire ce peut.

Vous n’avez pas besoin qu’on vienne vous provoquer en permanence sur le fait que vous êtes capable d’y arriver ou pas.

Evitez les invitations à des évènements à risques ou soirées trop arrosées: tous vos efforts risquent de partir en fumée et il faudra tout recommencer: le temps de retrouver la motivation, 6 mois auront passé: 6 mois de perdus.
Prétextez que vous avez prévu autre chose, plutôt que de dire “non, j’arrête de fumer, c’est trop risqué pour moi d’y aller”.
Gardez la vérité pour vos proches et pour ceux qui supportent votre décision.

Souvenez-vous: l’envie de fumer, ça passe vite, et ça revient de moins en moins souvent.
Jusqu’au jour où l’envie de fumer ne revient plus.





Egalement sur Arrêter de fumer