Maux de tête chroniques: voyez un neurologue

neurologic examination





Consulter un neurologue est une option pour les cas de maux de tête chronique, céphalées de tension ou toute douleur myofasciale dont on n’arrive pas à se débarrasser, ou dont on n’arrive pas à établir la cause.
Un neurologue est un médecin spécialisée en neurologie et la neurologie est la discipline médicale clinique qui étudie l’ensemble des maladies du système nerveux et en particulier les maladies du cerveau, les maladies de la moelle épinière, les maladies des nerfs périphériques et des muscles.

Dans le cadre d’une 1ère consultation pour maux de tête chroniques, le neurologue essaie de se faire une idée de la situation en posant une série de questions sur votre mode de vie.
Le neurologue m’a donc posé les questions suivantes:

  • Etes-vous fumeur ? J’ai arrêté de fumer en 2007
  • Consommez-vous de l’alcool au quotidien, dans quelles quantités et à quelle fréquence ? Je bois sans excès durant le week-end: du vin, pas d’alcool dur
  • Etes-vous soumis à une pression particulière dans le cadre de votre travail, subissez-vous du stress de la part de votre employeur ou de votre supérieur ? Aucune pression, aucun stress au boulot
  • Etes-vous dérangé par le bruit ? Oui, le bruit me dérange mais je ne pense pas qu’il soit la cause de mes maux de tête chronique: c’est plutôt une conséquence.
  • Etes-vous dérangé par la lumière ? Oui, quand il y a trop de soleil, je sors assez vite les lunettes de soleil, mais je mets ça sur le compte d’une opération laser des yeux visant à corriger la myopie que j’ai subie il y a quelques années et j’avais déjà ces maux de tête à l’époque de l’opération.
  • Etes-vous sujet à des pertes de mémoires ? Ca arrive, assez fréquement, au moins une fois par jour, je me dis que je devrai faire ceci ou celà et 5 minutes après, me voilà entrain de me demander qu’était-ce donc que je m’étais dit que je devais faire. Ca m’inquiète un peu mais pas outre mesure.

Après les questions, le neurologue procède à un examen physique.

Il teste les réflèxe avec son petit marteau
Il teste la sensibilité principalement au niveau de la plante des pieds (il frotte vigoureusement le plante des pieds avec un instrument que je n’ai pas pû identifier: il veut s’assurer que vous sentez bien le chatouillement, preuve qu’aucun nerf sensible n’est atteint dans cette région (ce qui était le cas pour moi il y a quelques années: le nerf sciatique était tellement atteint que je ne sentais plus rien au niveau de mon pied droit: il était complètement endormi.)

Ensuite, le neurologue teste l’aptitude à garder l’équilibre en restant sur un pied, puis sur l’autre, puis sur la pointe des pieds, puis sur les talons, puis à marcher sur une ligne droite.

Le neurologue demande enfin de fixer son doigt: il va et vient avec son doigt de droite à gauche en face de vous et vous demande de suivre son doigt des yeux sans bouger la tête.
Le neurologue effectue encore d’autres tests neurologiques, exactement comme documentés dans la vidéo ci-dessous.


La 1ère partie de cette vidéo documente parfaitement la façon dont se passe un examen neurologique destiné à détecter une pathologie neurologique grave qui pourrait être la cause de maux de têtes chroniques.

Dans la vidéo, le sujet passe les tests sans soucis et le neurologue explique ensuite le but de chaque test et démontre ce qui peut arriver lorsque certains sujets n’arrivent pas à réussir un des tests: c’est assez parlant, inutile de comprendre l’anglais pour voir où le neurologue veut en venir.

Bref, je suis ressorti de chez le neurologue avec une prescription pour une irm de la tête, une prescription de 9 séances de kinésithérapie Mézières et un ordonnance pour du Redomex: un anti dépresseur qui, à faible doses est utilisé comme anti-douleur et décontractant musculaire.

J’ai beau avoir insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’en massant la gorge et en particulier la région de la carotide, j’arrivais à obtenir un certain soulagement de mes maux de têtes chroniques, il a tapoté l’ordonnance du Redomex en disant: “Essayez celà”.

Si j’ai appris quelque chose durant toutes ces dernières années, c’est que peu de médecins avouent leur impuissance et vous envoie chez leur confrère, voir si eux peuvent vous aider.
On n’est jamais mieux servi que par soi-même et donc, prochain étape: rendez-vous avec un chirurgien vasculaire, pour un examen de la carotide.