Je n'arrête pas de grossir!






Ne plus arrêter de grossir est un problème qui peut surgir de façon complètement inopinée, suite par exemple (en tous cas ce fût le cas pour moi) à un déménagement: on passe d’une maison à un appartement, la vie de tous les jours devient plus confortable mais on bouge moins, nettement moins. On ne dépense plus le même nombre de calories et le matin, sur la balance, le verdict est impitoyable: on grossit.

Balance pèse personne100gr par-ci, 200gr par-là, le moindre écart de conduite (repas de la veille trop copieux, trop arrosé) se transforme en tragédie au moment de se peser et ça devient vite un cercle extrêmement vicieux: plus on grossit, plus on culpabilise et plus on culpabilise, plus on devient fragile: on n’arrive plus à résister à l’appel de la nourriture qui nous apporte un certain réconfort que l’on regrette aussitôt parce qu’on sait qu’on va le payer cher en montant sur la balance le lendemain.

De là à commencer à déprimer, se sous-estimer et perdre peu à peu confiance en soi…il n’y a plus vraiment beaucoup de marge…

Et s’il est possible de tomber d’accord avec soi-même, sur le fait de ne pas arriver à maigrir malgré tous les efforts que l’on produit et toutes les bonnes choses dont on se prive, le fait de ne plus arrêter de grossir alors que l’on fait attention à tout est une situation très perdurbante et très difficile à accepter parce qu’on ne comprends pas pourquoi on grossit et ne sait pas ce qu’il faut faire pour arrêter de grossir sans raison apparente.

Mais personne ne grossit sans raison: il y a toujours une raison et en ce qui me concerne, c’était une question d’alimentation.

Pas tant de quantité ni de qualité de nourriture (je cuisine pratiquement tous les jours, j’aime me faire du bien et je fuis les plats préparés depuis des années), mais j’ai dû en arriver à grossir tous les jours sans plus pouvoir m’arrêter pour commencer à m’inquiéter et à chercher une solution efficace à ce problème.

Et en googlant un peu, je suis tombé sur des articles traitant de régimes pauvres en glucides (régime low carb).

Je ne suis pas diététicien, ni fan de régime: je n’ai d’ailleurs pas suivi un régime faible en glucides (je n’ai jamais réussi à suivre aucun régime quel qu’il soit), mais j’ai adopté les principes du régime faible en glucides pendant quelques temps et j’ai trouvé ça extrêmement efficace.

Et donc je me suis interdit de manger des aliments non autorisés dans le cadre d’un régime faible en glucides, sans pour autant s’asstreindre à préparer des menus hebdomadaires avec le lundi ceci et le mardi celà…c’est bien plus simple que celà.

J’ai donc éjecté de mes habitudes alimentaires les aliments suivants: pain, fromage, charcuterie, lait, pommes de terre, pâtes, riz et j’ai également exclut le vin et le cava en dehors du week-end.

Au début c’est un peu contraignant, surtout quand on adore le pain et les pâtes.
Il faut trouver un substitut au sandwich du midi et ce n’est pas nécessairement évident mais c’est primordial.

Les aliments à intégrer dans une alimentation pauvre en glucide (low carb)

La viande (boeuf, volaille, porc), le poisson, les fruits de mer, les oeufs et les légumes. Les légumes sont pauvres en glucide, apportent énergie, fibres et favorisent la digestion: les légumes sont des aliments essentiels dans le cadre d’une alimentation faible en glucides.

Salade de lentilles
Pour vous faire une idée du genre de recette sympathique qu’on peut se préparer, je vous invite à essayer cette salade de lentilles, carottes, betteravs rouges & cottage cheese

Il ne faut pas beaucoup de temps pour s’habituer à ce changement d’alimentation et la bonne nouvelle (en tous cas pour moi), c’est qu’il ne s’agissait pas d’un régime à proprement parler: il y a beaucoup d’autres aliments pauvres en glucides qui peuvent être consommés et surtout, surtout: ça fonctionne!

Et non seulement ça fonctionne, très bien, mais ça fonctionne aussi très vite.

Je ne peux pas décrire le soulagement que j’ai éprouvé en montant sur la balance chaque matin et en constatant que c’était ça la solution pour enrayer le phénomène et enfin, arrêter de grossir.

Et la 2ème bonne nouvelle, c’est que non seulement on ne grossit plus mais on commence aussi à maigrir assez rapidement et de façon convaincante: le corps se transforme en machine à brûler les calories, c’est assez saisissant.

Si vous avez un problème de poids, que vous n’arrivez pas à maigrir et que vous n’avez pas encore testé le principe d’une alimentation faible en glucide, essayez pendant un mois et revenez faire part du résultat.

Et quitte à me répéter, cet article n’a pas pour but d’inciter qui que ce soit à suivre un régime low carb (pauvre en glucide): il s’agit uniquement d’encourager le lecteur à éjecter de son régime alimentaire les aliments qui font grossir.

Légumes faibles en glucide.

Les courgettes

Salade de courgettes, courgettes grillées ou soupe de courgettes, riche en potassium et en vitamines C, les courgettes peuvent être consommée à volonté au gré de votre créativité.

Choux-fleur & broccoli

Peuvent être intégrés dans salades, soupes et sont reconnus pour être riches en antioxydants

Les champigons

shitake booster d'immunité

En Chine, le Shitake est appelé élixir de vie, en raison de ses bienfaits sur le système immunitaire.

En plus d’être faibles en glucides, les champignons sont fort appréciés par ceux d’entre-nous qui souhaitent un moyen agréable de renforcer leurs défenses immunitaires naturellement, tout en prenant du plaisir à manger.
Les champignons sont des boosters d’immuntés naturels et s’accomodent délicieusement de 1001 façons.
Parmis les innombrables variétés de champignons, c’est le shitake qui se taille la part du lion au niveau des bienfaits pour la santé, notament grâce à sa haute valeur nutritive et à sa capacité de stimulation du système immunitaire.

Le céleri & les tomates cerises

A intégrer dans une salade ou comme accompagnement d’une viande, céléri et tomates cerises sont constitués principalement d’eau et contiennent très peu de glucides.

Faites mijoter un ossobucco dans une cocotte pendant 90 minutes (au four) à basse température, avec des dés de céléris, des tomates cerises fraiches, du beurre, de l’huile d’olive et des feuilles de basilic.

Le potiron

A consommer en soupe sans modération, le potiron est riche en vitamines C & antioxydants. Mettez le au four avec un peu de beurre et de miel pour le laisser se détendre é faites-en de la soupe ou intégrer-le en salade ou comme accompagnement de plats.

Autres légumes faibles en glucides:
Epinards, asperges, poivrons, radis, blette