Hernie discale suite à un accident et opération du genou





J’avoue que depuis que j’ai appris que j’avais une double hernie discale (L4-L5 et L5-S1), c’est la première fois que je trouve des réponses encourageantes à mes questions mais je m’en pose encore beaucoup.

J’ai 54ans, était très dynamique (parfois trop) et n’arrive que rarement à rester en place, marche, vélo, patinage, natation, badmington etc.
Au mois d’août 2009, j’ai eu un petit accident en sortant de l’Océan Athlantique. J’ai ramassé dans l’arrière ou côté de la jambe gauche un gamin (+/- 40kg) qui c’était jeté dans une double vague et qui m’a propulsé environ 10m plus loin sur la plage.
J’avais l’impression que le genou avait explosé. J’avais une légère douleur dans la fesse gauche mais rien de plus.
Suite à cet accident, j’ai été opérée mi-octobre d’une reconstruction du ligament croisé antérieur et un nettoyage complet du genou car les ménisques avaient aussi été touchés.
5 jours après l’opération, en me tournant au lit, j’ai senti à 2 reprises comme une bille qui roulait dans le bas du dos et depuis, outre la rééducation du genou, j’ai commencé à avoir de violentes douleurs dans la fesse gauche, l’arrière de la jambe jusqu’au plit du genou.
Kiné tous les jours en piscine, l’un qui pousse sur le bassin, l’autre le lendemain qui tire, chacun y allait de son idée. J’ai vu mes deux ostéopathes habituels, l’un très doux mais sans résultat et l’autre un peu moins doux mais toujours sans résultat.
Je prends toujours de l’ibuprofène 600mg pour soulager la douleur. Je suis allée voir quelqu’un qui m’a fait un traitement de shiatsu, jusqu’à présent sans résultat également. Je crois que je me suis un peu trop dispersée dans les différents traitement tellement j’en avais marre de cette douleur permanente.

Après avoir fait une IRM, j’ai donc appris que j’avais une double hernie discale. Je n’ai pas beaucoup d’aide spontanée à la maison et donc doit continuer péniblement à me baisser avec le risque si je n’ai pas de support pour me relever de devoir rester au sol.
J’ai trouvé sur internet un site de l’école du dos qui parlait de la position Wilvers et du vertebraform. En avez-vous entendu parler et connaissez-vous des personnes qui l’on utilisé (via le blog???)
Pour ma part, je pense que les hernies ont été déclenchée par l’opération du genou, j’ai dû marcher pendant environ un mois avec des béquilles et je boîtais assez fort tant que je n’avais pas l’extension complète du genou.
Je suis allée voir un neuro-chirugien qui m’a conseillé de me revoir dans un mois ou deux afin de voir si j’avais une amélioration et si non, me proposer une opération non invasive. J’ai également revu l’orthopédiste qui m’avait opéré du genou et qui m’a déconseillé l’opération neurologique mais qui préconisait plutôt de bloquer les vertèbres si l’hernie ne se résorbait pas naturellement.

Il m’a dit que dans 80% des cas il y avait résorbtion naturelle des hernies. Je pense donc attendre mais je n’ai pas beaucoup d’aide de la part de mes kinés et donc si vous connaissez quequ’un qui pourrait m’aider par des exercices …, ce serait le bienvenu.

D’avance, je vous remercie de m’avoir lu et je suis désolée d’avoir été si longue, mais c’est aussi une longue histoire.

Bien à vous

Danièle






  • Danièle,

    Je n’ai malheureusement pas de réponses précises aux questions que vous soulevez et je suis incapable de vous dire si c’est l’opération au genou qui peut avoir déclenché une hernie discale mais votre condition me rappelle la mienne pour certains aspects et je peux vous donner mon point de vue sur certains points, avec le recul.- pas beaucoup d’aide spontanée à la maison.

    Les autres s’habituent à votre douleur, pas vous.Néanmoins, je vous conseille vivement de mettre votre orgueuil en poche et de ne pas vous baisser si ça vous fait mal: tant que vous appuyerez là où ça fait mal, vous retarderez la guérison (ou l’amélioration) qui est déjà assez longue comme ça.- Kiné, osthéo, shiatsu et autres médecines alternatives: faites ça dans le but de soulager la douleur mais ne pensez pas que cela va vous guérir: vous serez déçue, frustrée voir déprimée.- Neurochirurgiens, orthopédistes…ce sont des médecins. ils n’ont pas d’états d’âme.

    Ils vous disent ce que vous avez et les options chirugicales mais la colonne vertébrale est une région délicate: ils le savent et ne veulent pas s’aventurer ni vous faire prendre des risques inutiles.Si vous optez pour cette solution, n’hésitez pas à demander plusieurs avis (plus que deux en tous cas)- Le vertebraform, j’en ai entendu parler, oui. Je ne sais pas, je n’ai jamais essayé.
    On est complètement perdus, seul, pas toujours lucide et près à tenter n’importe quoi pour que ça cesse, avec la frustration qui s’en suit parce qu’en fait rien ne marche.Vos ennemis sont l’impatience, le désespoir, l’orgueuil et le pessimisme.Vos amis sont la patience, l’espoir et la lucidité.Bougez sans forcerN’ayez pas peur de montrer votre douleur mais n’attendez pas trop des autres: ils ne peuvent pas comprendre. Evitez de leur en vouloir.Evitez d’appuyer là où ça fait mal, n’essayez pas d’affronter la douleur ou les positions inconfortables: mon état a commencé à s’améliorer le jour où j’ai compris que je ne devais jamais m’asseoir.J’ai observé des améliorations assez nettes de semestres en semestres, jusqu’à retrouver une vie plus ou moins normale en 4 +- ans.
    Voilà…C’est vrai, c’est très long, mais si j’avais été plus lucide, ça aurait probablement été un peu plus vite.